Nous connaître

Histoire

Depuis plus de soixante ans, La Cimade a adaptA� son action aux enjeux de l'A�poque. A� partir de la fin des annA�es 70, La Cimade sa��implique de plus en plus en rA�action aux projets de loi rA�duisant les droits des immigrA�s.

Les origines

Les annA�es 30 et la seconde guerre mondiale

Dans les annA�es 30, la��Europe est en dA�tresse. La��A�uvre perverse du nazisme atteint des sommets. La pensA�e protestante, en France comme en Allemagne, na��est pas inactive devant les prA�mices de la tragA�die.

Roland de Pury, pasteur A� Lyon, analyse en juillet 1933 dans la revue Foi et Vie A� la crise de la��A�glise allemande et la rA�volution nationale-socialiste. A�

Les synodes protestants de Barmen (prA?s de Wuppertal), en 1934, poussent un cri de dA�tresse et sa��A�lA?vent contre une prA�dication de la��A�glise aux ordres de la��A�tat et contre la mise au pas du protestantisme allemand avec le slogan A� un peuple, un empire, un chef. A�

le pasteur Martin NiemA�llerMartin NiemA�ller, A� la��origine de la��A�glise confessante en Allemagne, A�crivait en 1935 : A� Lorsqua��ils ont arrA?tA� les communistes, je na��ai pas A�levA� la voix ; lorsqua��ils ont internA� les juifs, ja��ai gardA� le silence ; lorsqua��ils sa��en sont pris aux sociaux-dA�mocrates, je me suis tu a�� Lorsqua��ils sont venus me prendre, il na��y avait plus personne pour me dA�fendre. A� Il est mis A� la retraite par le pouvoir et milite ensuite en faveur de la paix.

Dietrich BonhA�ffer, pasteur et thA�ologien protestant, lutte dA?s 1933 contre A� la clause aryenne A� qui exclut de la communautA� ecclA�siale les ChrA�tiens da��origine juive. Il est exA�cutA� par les nazis en 1943. Sa thA�ologie est centrA�e sur le rA?le du ChrA�tien dans un monde sA�cularisA�.

Le pasteur Marc BA�gner, PrA�sident de la FA�dA�ration protestante depuis 1929, axe ses confA�rences de CarA?me en 1939 sur le thA?me A� La��A�vangile et le racisme. A� Il prit la dA�fense des juifs auprA?s du gouvernement de Vichy : PA�tain, Darlan, Lavala�� Il fut coprA�sident du Conseil A�cumA�nique des A�glises.le Professeur Karl Barth

Le pasteur Pierre Maury, PrA�sident de la A� FA�dA� A� (FA�dA�ration FranA�aise des Associations ChrA�tiennes da��A�tudiants), A�crivit : A� Si les jours viennent oA? les exigences de la��A�tat franA�ais sont inacceptables, souvenez-vous qua��il vaut mieux obA�ir A� Dieu qua��aux hommes. A�

En juillet 1939, se tient la ConfA�rence mondiale de la jeunesse chrA�tienne A� Amsterdam. De nombreuses rencontres A�cumA�niques, internationales, ouvertes sur les questions sociales, suivent. Les jeunes chrA�tiens protestants sont nourris par le dA�bat intellectuel et le partage des idA�es avec le mot da��ordre de Karl Barth A� La journA�e doit commencer avec une Bible dans une main et le journal dans la��autre. A�

avisdevacuationNKarl Barth A�crit en dA�cembre 1939 une Lettre aux protestants de France : A� Si JA�sus soutient, console et encourage son A�glise, ca��est pour qua��elle soit son tA�moin. Ca��est prA�cisA�ment en vue de ce tA�moignage que la grA?ce lui est faite de voir. Elle ne saurait donc se contenter da��observer les A�vA?nements de faA�on passive, bouche bA�e. Si la communautA� chrA�tienne gardait le silence et si elle observait le cours des A�vA?nements en simple spectatrice, elle perdrait sa raison da��A?tre. A�

Septembre 1939 voit la��invasion de la Pologne et la��entrA�e de la France dans la guerre. Suzanne de Dietrich, SecrA�taire gA�nA�rale de la FUACE (FA�dA�ration Universelle des Associations ChrA�tiennes da��A�tudiants) prA�senta un rapport sur ce que vivaient les alsaciens lorrains A�vacuA�s dans les dA�partements du centre et du sud de la France. Elle sa��adressa au ComitA� Inter-Mouvements de jeunesse (le CIM), rA�unissant A�claireurs Unionistes, Unions ChrA�tiennes de Jeunes Gens et de Jeunes Filles et FA�dA�, en vue de A� tA�moigner de la��amour du Christ. A�

Le 18 octobre 1939, A� BiA?vres, les dirigeants du CIM, crA�ent la CIMADE (ComitA� Inter-Mouvements AuprA?s Des A�vacuA�s) pour venir en aide, notamment, aux populations A�vacuA�es da��Alsace et de Lorraine, au nombre de 200.000 environ. Des A�quipes sont constituA�es (da��oA? le terme da��A�quipiers encore en usage aujourda��hui) qui accomplissent un travail A� la fois da��A�vangA�lisation et social auprA?s des A�vacuA�s alsaciens. Madeleine Barot, appelA�e et soutenue par Marc BA�gner, est SecrA�taire gA�nA�rale de la Cimade, pendant toute la durA�e de la guerre et au-delA�, Violette Mouchon (Commissaire nationale EU) A�tant prA�sidente.

La Cimade entre dans les camps puis organise une rA�sistance

Le rA�gime nazi dA�veloppe le systA?me de la��internement administratif des juifs et des ennemis du rA�gime. Plus de 40 000 internA�s (juifs A�trangers notamment et rA�fugiA�s politiques opposants au rA�gime nazi) sont recensA�s dans les camps da��internement et centres da��accueil du MinistA?re du travail dA?s 1940 : Gurs, Agde, ArgelA?s, Rivesaltes, Aix, Brensa�� . La Cimade entra dans les camps. Elle sa��y occupait des problA?mes matA�riels comme des besoins psychologiques et spirituels. Dans les camps, A�la��activitA� culturelle et cultuelle surgissait comme une protestation de vie. A�

Madeleine Barot, secrA�taire gA�nA�rale de La CimadeEn novembre 1942, les forces allemandes franchissent la ligne de dA�marcation. Le ComitA� de La Cimade ne peut plus se rA�unir. La Cimade passe alors da��une prA�sence de solidaritA� A� la rA�sistance. Elle camoufle des gens, aide A� traverser des frontiA?res et constitue des A�tats civils et des faux papiers. Un petit secrA�tariat est organisA� 47 rue de Clichy. Madeleine Barot, A�nergique, organisatrice, crA�e un rA�seau de partenaires (Quakers, Croix-Rouge, a��) avec lequel elle nA�gocie la crA�ation de centres da��accueil de la Cimade pour sortir des internA�s des camps et les sauver de la mort : Le Coteau fleuriA� au Chambon-sur-Lignon (avec les pasteurs TrocmA�, Theiss), le foyer Marie Durand A� Marseille, le foyer YMCA de Toulouse, et da��autres encore dans le Tarn ou prA?s de Tarascon. Suzanne de Dietrich et le pasteur Vissera��t Hooft (SecrA�taire gA�nA�ral du CA�) organisent des rencontres et La Cimade apporte son tA�moignage de rA�alitA�s occultA�es et difficiles A� apprA�hender. Cela conduit aux thA?ses du groupe de Pomeyrol en 1942, traitant notamment, des rapports de la��A�glise et de la��A�tat, du respect des libertA�s individuelles, de la��antisA�mitisme.A� A�A� Tout en acceptant les consA�quences matA�rielles de la dA�faite, la��A�glise considA?re comme une nA�cessitA� spirituelle la rA�sistance A� toute influence totalitaire et idolA?tre. A�

En juillet 1942 a lieu la rafle du vA�lodrome da��hiver. Il faut faire du chiffre ! La Cimade organise des A�vasions vers la Suisse, en relation avec le Conseil A�cumA�nique des A�glises en crA�ation A� GenA?ve.

En novembre 1942, La Cimade installe son siA?ge A� Valence.

De nombreux villages alsaciens, presque entiA?rement protestants, sont accusA�s da��A?tre pro-allemands. Ca��est le cas da��Oberhoffen oA? quatre baraques sont installA�es pour loger des familles et les A�quipiers Cimade.

A�A�Ce na��est pas la charitA� que nous avons exercA�e pendant la guerre, du moins pas seulement ; nous avons voulu exprimer notre solidaritA� avec les victimes.A�A� (Madeleine Barot).

Des annA�es 50 A� 80, l’accueil des immigrA�s

InstallA�s dA?s la fin des annA�es 50 au cA�ur des quartiers populaires des grandes villes, les A�quipes de La Cimade proposent un accueil et des actions pour rA�pondre aux besoins des immigrA�s qui arrivent en nombre: parler et A�crire le franA�ais, mais aussi disposer de possibilitA�s de loisirs et d’activitA�s qui favorisent une meilleures insertion dans la sociA�tA� d’accueil.

Les processus de dA�colonisation ont eu un impact sur le missions que se donne La Cimade. Celle-ci s’engage politiquement, travaille aux cA?tA�s de ceux qui A�difient les jeunes nations, mais vient aussi en aide A� ceux qui en font les frais, aux laissA�s pour compte de l’histoire…Cette faA�on d’A?tre “des deux cotA�s” marque, aujourd’hui encore, l’esprit du mouvement.

A� la fin des annA�es 60, le nombre de rA�fugiA�s augmente dans le monde. Alors que le contexte A�conomique est plutA?t favorable en Europe, les pays signataires de la Convention de GenA?ve se dA�cident A� A�largir le droit d’asile aux non-europA�ens. En France, les associations s’organisent pour accueillir cet afflux de rA�fugiA�s politiques.

Dans les annA�es 60 A� 80 la Cimade lance des partenariats dans des projets de coopA�ration et de dA�veloppement qui font A�voluer ses actions et ses rA�flexions.. Dispensaire et centre ophtalmologique A� Dakar, projets agricoles, mA�dicaux, de formation, en Palestine, en HaA?ti, au Mali, en AmA�rique latine..

L’aprA?s 80

L’accueil de migrants et des rA�fugiA�s interpelle La Cimade sur les rapports Nord-Sud. cette prise de conscience la rend solidaire des mouvements de libA�ration dans les dictatures du tiers-monde et elle apporte son soutien A� ceux qui dA�fendent les droits de l’homme et le justice sociale.

Les permanences juridiques alimentent le quotidien de la solidaritA�. C’est par ces interventions concrA?tes pour l”A�galitA� des droits que s’exprime l’engagement des bA�nA�voles. cette prA�sence aux cA?tA�s des migrants et des rA�fugiA�s permet aussi A� La Cimade de repA�rer les injustices, d’en tA�moigner et de mobiliser l’opinion publique.

Nombreux dans les prisons, les A�trangers y connaissent plus de difficultA�s A� exercer leurs droits: des bA�nA�voles assurent une prA�sence dans de nombreux A�tablissement pA�nitentiaires. dans les lieux de rA�tentions administratives, La Cimade apporte une expertise juridique, une A�coute, un soutien. Ces missions permettent A�galement de tA�moigner de ce qui se passe dans les lieux d’enfermement.

Dans les annA�es 2000, le contrA?le des frontiA?res est devenu le mot d’ordre de l’Union europA�enne. elle pousse les pays de dA�part et de transit A� endosser un rA?le de grade-frontiA?re. Des acteurs de la sociA�tA� civile de ces pays tampons, avec La Cimade, cherchent A� dA�fendre les droits des migrants et des rA�fugiA�s aux portes de l’Europe.

Aujourd’hui,A� plus de 70 ans da��engagement aux cA?tA�s des A�trangers

Les 70 ans de la CimadeLa Cimade a A�tA� fondA�e en 1939 au sein des mouvements de jeunesse protestants. De sa mission initiale auprA?s des “A�vacuA�s” de l’Alsace-Lorraine fuyant l’avancA�e nazie, elle a conservA� son nom (dont la signification da��origine est “ComitA� Inter-Mouvements AuprA?s Des A�vacuA�s”), mais aussi un lien avec le monde protestant et surtout une fidA�litA� aux valeurs et aux engagements de ses fondateurs.
Depuis plus de soixante ans, La Cimade a adaptA� son action aux enjeux de l’A�poque. Elle s’est engagA�e auprA?s des juifs menacA�s, a A�uvrA� ensuite pour la rA�conciliation franco-allemande, s’est impliquA�e auprA?s des peuples du Sud en lutte pour l’indA�pendance et la dA�colonisation.

A� partir de la fin des annA�es 70, La Cimade sa��implique de plus en plus en rA�action aux projets de loi rA�duisant les droits des immigrA�s. La grA?ve de la faim en 1981 et la marche pour la��A�galitA� et contre le racisme renforcent le positionnement politique de la��association. FidA?le A� ses principes, La Cimade entre dans les centres de rA�tention en 1984, pour y venir en aide aux A�trangers reconduits. Tout au long de son histoire, la Cimade est restA�e un mouvement engagA� sans se satisfaire da��une simple posture caritative.

Cette histoire dont le sens et l’exemple fondent nos engagements actuels, un groupe de bA�nA�voles a choisi de la prA�server, et de la mettre A� disposition de ceux -membres de La Cimade, organismes partenaires, historiens- qui souhaitent y accA�der dans le cadre de recherches prA�cises ou par simple curiositA�.

Pour en savoir plus, tA�lA�chargez le livret 1939-2009 , une histoire de la Cimade

À découvrir aussi
Les missions de la Cimade